Sign in / Join

Comment savoir si le ligament de la cheville est rompu ?

Le corps humain tient debout grâce aux os et au squelette qui constitue la charpente de l’être humain. Certains constituants de ce corps peuvent faire l’objet de fracture. C’est le cas du ligament de la cheville. Comment savoir qu’il y a rupture ? Explications.

Savoir si le ligament de la cheville est rompu : faire une radio

Vous pouvez savoir si le ligament de la cheville est rompu en faisant une radio. C’est le meilleur diagnostic et c’est même le chemin le mieux recommandé. En effet, les radios permettent d’obtenir des résultats ne pouvant souffrir d’aucune contestation.

Lire également : Qu’est-ce qu’un massage physiothérapie ?

Ce type de diagnostic se réalise dans les centres d’imagerie médicale pouvant prendre en compte une radio de votre cheville. Même si l’image est fidèle, l’interprétation peut varier selon la compétence du médecin traitant. Ce type de radio existe sous plusieurs sortes. La forme la plus répandue est la radio de contrôle. En cas de récidive, une IRM peut être demandée.

Par le passé, une radio de tenue se faisait. Elle consistait à poser la cheville dans un support pour les examens. Il fallait garder la cheville serrée et ouverte dans le support. En fonction de l’angle d’ouverture observée et par la suite, la conclusion était tirée.

A découvrir également : Quels sont les aliments riches en protéines?

Reconnaître les signes d’un ligament de cheville rompu

Vous pouvez observer certains signes pour savoir si le ligament de la cheville est rompu. Ces indicateurs dépendent du type d’entorse que la cheville a subi.

Cas d’entorse moyenne

Le système ligamenteux est dans ce cas partiellement rompu. Les signes à observer sont la douleur qui est intense. Le patient a du mal à poser le pied au sol au risque d’accentuer sa douleur. Un gonflement est aussi observé. C’est bien le signe d’un saignement interne confirmant la déchirure.

La victime aura du mal à bouger la cheville qui n’adopte que des positions inadéquates. La mobilité est compromise et il est plus prudent de s’adresser aux services des urgences pour une prise en charge rapide. Il s’agit souvent d’une rupture d’un des ligaments latéraux externes.

Cas d’entorse grave

La douleur est intense et immédiate dans ce cas. L’intensité est même en mesure de faire tomber le malade en syncope. Le patient a le pied gonflé et ne peut aucunement tenir debout sur ce membre. Cette perte de mobilité sera présente jusqu’au rétablissement. Le gonflement du pied est très prononcé ; la moindre pression fera souffrir le patient.

Pour ce cas-ci, la rupture est généralement complète. C’est même cela qui rend la douleur plus intense.

Ces deux situations sont à distinguer des entorses légères qui ne provoquent aucune perte de mobilité de votre pied.