Sign in / Join

Pourquoi faire une HGPO ?

HGPO est l'acronyme d'hyperglycémie provoquée par voie orale. C'est un test sanguin utilisé pour confirmer une augmentation du taux de sucre dans le sang. Il est utilisé pour détecter un diabète, quel qu’en soit le type. Pour en savoir plus sur son importance, veuillez consulter cet article.

Pour détecter le diabète gestationnel

Le test HGPO est souvent utilisé pour confirmer le diabète gestationnel. Le diabète gestationnel est une forme de diabète qui est observée pendant la grossesse.  Cela disparaît souvent après la naissance du bébé. Il est également possible de découvrir, (lors des dépistages effectués chez la femme enceinte) un autre type de diabète qui préexistait à la grossesse. Dans ce cas, le diabète ne disparaît pas après la naissance du bébé.

A découvrir également : Conseils pour une alimentation saine pendant la grossesse : une santé optimale pour vous et votre bébé

Les risques liés au diabète gestationnel sont multiples. Si le diabète n'est pas connu ou non traité, des complications surviennent :

    Lire également : Les clés d'une hygiène de vie optimale pendant la grossesse

  • Risque accru de l'hypertension artérielle associée à une élévation des protéines dans les urines de la mère ;
  • Poids élevé du bébé à la naissance, ce qui peut avoir des conséquences à l’accouchement pour l’enfant ou la mère ;
  • Risque d’hypoglycémie chez le bébé à la naissance ;
  • Risque d’obésité ou de diabète ultérieurement chez le bébé.

Suite à un diabète gestationnel, une femme court plus le risque de développer le diabète de type 2 à long terme.

Pour détecter le diabète de types 1 et de type 2

Le diabète survient lorsque le pancréas ne sécrète plus ou pas suffisamment d’insuline.  Il survient aussi quand les cellules de l’organisme deviennent insensibles à son action : empêcher le glucose de pénétrer dans les cellules. Comme l’insuline ne joue plus bien son rôle, il y aura un excès permanent de glucose dans le sang. Ce qui est appelé hyperglycémie. À long terme, cette hyperglycémie chronique à de nombreuses conséquences délétères sur la santé.

Le diabète de type 1 survient souvent chez l’enfant ou l’adulte. Le pancréas ne sécrète plus du tout ou suffisamment d’insuline. Il faudra alors faire des injections quotidiennes d’insuline pour pallier le manque.

Le diabète de type 2 est plus fréquent que le premier. Il survient chez les adultes et chez les adolescents en surpoids. Il est dû à une baisse de la sensibilité des cellules de l’organisme à l’insuline. On parle de résistance à l’insuline. Cet état pousse le pancréas à produire plus d’insuline en réponse à la présence du sucre en excès dans le sang.  Le pancréas s’épuise et finit par stopper la production d’insuline. A ce stade, les injections d’insuline deviennent très nécessaires.

Comment se déroule une HGPO ?

L'Hyperglycémie Provoquée par Voie Orale, ou HGPO, est un examen qui permet d'évaluer la capacité de l'organisme à réguler correctement son taux de sucre dans le sang. Cet examen est souvent utilisé pour diagnostiquer le diabète gestationnel chez les femmes enceintes avant leur accouchement. Pour effectuer cet examen, il faut prévoir une matinée entière car cela prend du temps et nécessite plusieurs prises de sang.

Il est recommandé de jeûner pendant au moins 8 heures avant l'examen pour obtenir des résultats précis.  Cela signifie que vous ne pouvez pas boire ni manger quoi que ce soit, excepté un peu d'eau pure si nécessaire.

Au début de l’examen, on réalise une première prise de sang après avoir vérifié que le patient n’a rien mangé depuis minuit. Le médecin donne à boire une solution très sucrée contenant 75g de glucose dissous dans un verre d’eau (300ml). Le goût peut être assez désagréable donc certains patients trouvent difficilement le courage d'avaler cette mixture.

Le but est d’augmenter rapidement votre taux sanguin en sucre pour ensuite mesurer la vitesse et l’efficacité avec laquelle votre corps contrôle cet excès en sécrétant suffisamment d’insuline.

Pendant les deux heures suivantes, toutes les demi-heures, on doit faire des prises de sang afin de mesurer comment évolue le taux de sucre dans votre sang. Le résultat sera ensuite comparé aux valeurs normales pour déterminer si vous avez ou non un trouble du métabolisme glucidique.

Après l’examen, il ne faut pas manger quoi que ce soit car la solution de glucose peut causer une indigestion. Il ne faut pas effectuer d'exercices physiques intenses pendant les heures qui suivent l'examen afin d'éviter toute perturbation des résultats.

Quels sont les risques liés à une HGPO ?

Bien que l'Hyperglycémie Provoquée par Voie Orale soit un examen courant et souvent prescrit pour détecter le diabète gestationnel, vous devez prendre en compte les risques potentiels associés à cet examen.

Le principal risque lié à la HGPO est une réaction hypoglycémique. Cela se produit lorsque la quantité d'insuline produite par le pancréas en réponse à la consommation de glucose lors de l'examen fait chuter brutalement le taux de sucre dans le sang. Les symptômes incluent des étourdissements, des nausées, une sensation de faim intense et même une perte de connaissance.

Ces réactions sont relativement rares si vous avez suivi les instructions préalables correctement et que vous êtes surveillé pendant toute la durée de l'examen par du personnel compétent.

Il y a aussi un risque accru d'infection au site où on insère l'aiguille pour prélever votre sang. De plus, des nausées ou des vomissements peuvent survenir chez certains patients sensibles. Rester assis immobile pendant deux heures peut être assez ennuyeux si vous n'êtes pas accompagné ou diverti pendant ce temps.

Pour minimiser tous ces risques possibles liés à l'examen de HGPO, vous devez suivre toutes les instructions préalables données par votre médecin et personnel soignant. Cela vous aidera à vous préparer correctement pour cet examen qui peut être extrêmement utile dans le dépistage du diabète gestationnel.

L'Hyperglycémie Provoquée par Voie Orale est un examen courant mais aussi associé à certains risques potentiels. Vous devez discuter de cet examen avec votre médecin généraliste ou gynécologue-obstétricien en fonction des contre-indications éventuelles que vous pourriez avoir.