Sign in / Join

Quand parler de diabète gestationnel?

Quand une femme souffre de diabète pendant la grossesse, on parle de diabète gestationnel. Ce dernier survient chez la femme enceinte généralement lorsqu’elle tend vers la fin de son deuxième trimestre de grossesse. La pathologie peut seulement durer le temps de la grossesse comme elle peut révéler un diabète antérieur. Quel qu’en soit le cas, voici les informations relatives à cette maladie.

Les causes du diabète gestationnel

Le diabète gestationnel a les mêmes causes qu’un diabète normal. Il survient en effet suite à un trouble de régulation de la glycémie qui conduit à une augmentation du taux de sucre dans le sang.

A lire également : Les étapes de développement moteur chez les bébés

Quand une femme en gestation court un risque accru de diabète, cela signifie qu’elle fait face à un état d’insulinorésistance. Ce qui s’empire progressivement tout au long de la grossesse. Le diabète de grossesse doit donc être surveillé et traité afin de préserver la santé de la mère et de l’enfant.

Par ailleurs, il faut préciser que le diabète de la femme enceinte est de deux ordres. Il peut s’agir premièrement d’un diabète préexistant de type 1 ou 2 qui était déjà présent avant la grossesse, mais découvert au cours de celle-ci. Dans ce cas, la maladie va persister même après l’accouchement. Ensuite, il y a d’un diabète apparu et diagnostiqué au cours de la gestation. Cela devra disparaître après l’accouchement.

A découvrir également : Pourquoi faire une HGPO ?

Les symptômes du diabète gestationnel

Il n’y a pas de symptômes particuliers propres au diabète gestationnel. Soit ce dernier est asymptomatique, soit il présente les mêmes signes que ceux observés chez les patients des deux autres types de diabète. Vous avez entre autres une soif intense, une fatigue importante, une envie fréquente d’uriner.

Diagnostic du diabète de grossesse

Le diabète gestationnel n’est pas systématiquement dépisté chez toutes les femmes enceintes. Seules celles qui sont à risque font l’objet d’un dépistage.

Les facteurs de risques

Le taux d’apparition d’un diabète de grossesse est élevé dans les situations suivantes :

  • le cas d’une grossesse tardive (après 35 ans) ;
  • chez les femmes obèses et en surpoids ;
  • les femmes ayant déjà fait un diabète de grossesse ;
  • les femmes présentant des antécédents familiaux de diabète type 2 ;
  • les femmes avec des antécédents de macrosomie fœtale.

Quand une femme enceinte se retrouve dans l’un de ces cas, le diabète de grossesse doit lui être d’office dépisté et vite.

Par ailleurs, si la femme en gestation ne présente aucun de ces facteurs de risques, le dépistage peut lui être recommandé dans certaines circonstances. Notamment dans le cas d’hydramnios, de biométries fœtales supérieures ou égales au 97e percentile.

La méthode de diagnostic

Quand la femme enceinte est à risque, elle subit un premier test de glycémie à jeun à son premier trimestre. Mais l’idéal est que ce test soit fait avant la conception. L’objectif est de détecter un probable diabète de type 2 passé inaperçu.

Ensuite, un second test est réalisé entre la 24e et 28e semaine d’aménorrhée. Il s’agit de l’HGPO (Hyperglycémie provoquée par voir orale) à 75 g de glucose. Alors, on parlera de diabète de grossesse quand la valeur de glycémie dépasse les seuils définis.

Les traitements du diabète gestationnel

Le traitement d'un diabète de grossesse est primordial pour éviter les risques encourus par la mère et le fœtus. En effet, un taux élevé de sucre dans le sang peut entraîner des complications telles qu'une hypertension artérielle gravidique, une pré-éclampsie ou encore un accouchement prématuré.

Il existe plusieurs moyens de traiter ce type de diabète. Le choix du traitement dépendra principalement du niveau d'hyperglycémie atteint.

  • Dans les cas bénins, le changement alimentaire peut être suffisant. La femme enceinte doit alors suivre un régime alimentaire strict avec une diminution importante des sucres rapides (glucides simples), privilégiant plutôt les glucides complexes et des aliments riches en fibres.
  • Certains experts recommandent aussi l'exercice physique modéré (par exemple : marche rapide) qui permettrait aux femmes enceintes atteintes d'un diabète gestationnel de mieux contrôler leur glycémie.
  • Dans certains cas plus sévères, l'administration d'insuline peut être nécessaire pour maintenir la glycémie à un niveau normal. Cette méthode est généralement bien tolérée chez la femme enceinte et ne présente aucun risque pour le bébé.

Toutefois cela étant dit, il faut garder à l'esprit que pendant cette période très sensible, il faut surveiller sa santé et celle du fœtus. Il est aussi recommandé d'avoir recours à des autosurveillances glycémiques régulières afin de s'assurer que les mesures prises soient efficaces.

Les complications du diabète gestationnel pour la mère et le bébé

Le diabète gestationnel est une condition qui peut entraîner des risques pour la santé de la mère et du fœtus. Dans cet article, nous étudierons les complications potentielles liées à ce type de diabète.

Chez la mère, un taux élevé de sucre dans le sang peut engendrer plusieurs problèmes. En effet, cela peut causer une hypertension artérielle (hypertension gravidique), qui elle-même peut conduire à une pré-éclampsie. Cette dernière se traduit par l'apparition d'une pression artérielle très élevée ainsi que d'une protéinurie (présence anormale de protéines dans l'urine). Elle constitue une urgence médicale pouvant entraîner des convulsions ou un coma chez la femme enceinte.

Le risque d'accouchement prématuré augmente considérablement en cas de diabète gestationnel non contrôlé. Si le bébé naît avant terme, il faut prévenir ces complications graves.