Sign in / Join

Quelle est la durée d'une coloscopie ?

Vous devez passer un examen de coloscopie et vous demandez quelle est sa durée ? La coloscopie est un examen médical réalisé dans des conditions particulières. Elle figure d’ailleurs parmi ceux qui ne nécessitent que peu de temps. Focus dans cet article sur sa durée.

Coloscopie : qu’est-ce que c’est ?

La coloscopie se présente comme une étude d’imagerie médicale. Elle sert à examiner la paroi interne du côlon en utilisant un outil nommé le « coloscope ». Celui-ci est doté d’un tube fin et souple de 1,5 et 2 m de long avec une caméra miniature et une source lumineuse. A défaut de la caméra, il peut être relié à des fibres optiques. Un moniteur raccordé à la caméra permet donc d’observer directement le côlon.

A voir aussi : Perdre du poids à 65 ans : conseils pratiques

Par ailleurs, l’insertion d’instruments tels qu’une pince ou un bistouri électrique au sein de l’endoscope est important pour effectuer des biopsies (prélèvements). Les instruments peuvent aussi servir à faire des ablations entières de lésion ou de polypes. Les tissus prélevés sont quant à eux examinés en laboratoire.

Combien de temps dure l’examen et comment se déroule-t-il ?

La coloscopie figure parmi les examens médicaux les plus rapides. Elle dure en moyenne 30 minutes. En général, elle est indolore mais toutefois inconfortable. C’est pourquoi, il est pour la plupart du temps réalisé sous anesthésie générale. Il faut aussi noter qu’il peut s’effectuer simplement sous calmants, en fonction du désir du patient ou des contre-indications médicales.

A lire également : Les nombreux avantages d'une alimentation équilibrée pour les personnes âgées

La coloscope est introduite dans le corps via l’anus et dirigé progressivement vers le côlon. Ce dernier subit un gonflement par de l’air afin de déplisser les tissus. De fait, les parois peuvent être parfaitement visualisés. Les images recueillies sont examinées par le gastroentérologue qui essaye de trouver les anomalies. Lorsqu’il en détecte, un échantillon de tissu est alors prélevé pour une biopsie ultérieure. Pour terminer, il est tout à fait possible que le tissu anormal subisse une ablation totale.

A quoi s’attendre au terme d’une coloscopie ?

A la fin d’une coloscopie, le médecin communique les résultats. Lorsque la coloscopie montre que des polypes bénins sont présents et n’ont pas pu être totalement enlevés, il sera important de réaliser une autre chirurgie. Il peut alors être question d’ablation de la partie de l’intestin concernée par les polypes.

Lorsque les résultats révèlent une anomalie (cancer du côlon, diverticulose, inflammations, etc.), d’autres examens peuvent être recommandés. Une prise en charge thérapeutique plus complète est notamment suggérée. Lorsqu’aucune anomalie n’est trouvée, un nouvel examen peut être effectué 10 ans après, mais suite à un échange avec son médecin.

Quelles sont les préparations nécessaires avant une coloscopie ?

La coloscopie est un examen médical important qui permet de diagnostiquer efficacement les anomalies du côlon chez un patient. Pour cela, il faut suivre un régime sans résidus ou manger du riz blanc.

Quelques jours précédant la coloscopie, le médecin prescrit aussi des laxatifs spécifiques pour vider complètement l'intestin. Ces laxatifs sont souvent sous forme liquide et doivent être pris selon une posologie précise.

Un nettoyage complet du système digestif est donc primordial afin qu'il n'y ait pas de matières fécales présentes au moment de l'examen. La veille de la coloscopie, aussi appelée « jour J », le patient ne peut manger ni boire quoi que ce soit durant plusieurs heures avant l'examen.

Cette préparation rigoureuse garantit une coloscopie sans douleur et exempte de complications.

Quels sont les risques et complications éventuels liés à une coloscopie ?

La coloscopie est une procédure courante et généralement sûre. Il existe des risques et des complications potentielles liés à cette intervention. Les risques les plus fréquents comprennent la douleur abdominale, les saignements rectaux et les ballonnements intestinaux.

Dans de rares cas, la coloscopie peut entraîner une perforation de l'intestin ou une infection bactérienne. Ces complications sont très rares mais elles peuvent causer des problèmes graves nécessitant une hospitalisation.

Les patients qui prennent certains médicaments doivent être particulièrement prudents lorsqu'ils subissent une coloscopie. Par exemple, si vous prenez des anticoagulants tels que l'aspirine ou le Warfarine pour prévenir un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque, vous pouvez avoir un risque accru de saignement pendant la procédure.

Pensez à dépister régulièrement certains types de cancers colorectaux dans votre vie quotidienne habituelle. Si vous observez des symptômes inquiétants, contactez immédiatement votre professionnel de santé.